Le Commissaire aux langues du Nunavut

Le Commissaire aux langues du Nunavut est un agent indépendant de l’Assemblée législative du Nunavut. Il est nommé pour quatre ans par les représentants élus.

En vertu de la Loi sur les langues officielles (LLO) et de la Loi sur la protection de la langue inuit (LPLI), le Commissaire aux langues a pour mandat de veiller au respect des droits linguistiques des Nunavummiut et à la protection des langues officielles du Nunavut :

Le Commissaire aux langues assume les fonctions suivantes :

D'ombudsman

Le Commissaire aux langues reçoit et étudie les plaintes du public concernant la violation des droits linguistiques définis dans la Loi sur les langues officielles, et rend compte des résultats. Bien que le Commissaire aux langues soit nommé par l'Assemblée législative, il est indépendant du gouvernement.

Suivi

Le Commissaire aux langues et son personnel surveille la façon dont le gouvernement du Nunavut s'y prend pour respecter ses obligations en matière linguistique, conformément aux documents suivants : la Loi sur les langues officielles, le Mandat de Bathurst (Pinasuaqtavut), l'Accord sur les revendications territoriales du Nunavut et la Charte canadienne des droits et libertés.

Consultatif

Le Bureau du Commissaire aux langues (BCL) est la seule institution au Nunavut consacrée entièrement aux questions linguistiques. Par ses contacts réguliers avec les communautés du territoire, ses activités de recherche et son travail d'élaboration des politiques, le BCL est en mesure de présenter aux membres de l'Assemblée législative et au GN des recommandations exhaustives sur les meilleures solutions aux problèmes linguistiques de notre territoire

Porte-parole

Porte-parole

Le Commissaire aux langues du Nunavut est le porte-parole des groupes de langues officielles du Nunavut et il doit s’assurer que les besoins, les attentes et les droits de ces groupes sont compris par :

Il incombe aussi au Commissaire aux langues de tenir le public informé de toute question portant sur les droits linguistiques.